Rechercher
  • Joshin Sensei

Savoir tendre la main -

Le don… et l’autre face : recevoir…


Donner l’occasion de donner, c’est accepter de recevoir… c’est accepter un manque, une vulnérabilité ; accepter de ne pas tout pouvoir, d’avoir besoin des autres...difficile !

Sauf lorsque nous comprenons profondément que notre vie n’est qu’une succession de dons et de partages, que nous dépendons à chaque instant des autres, vivons tout en interdépendance – avec le mot dépendance dedans !

Texte du livre « Tout ce qui compte en cet instant »


Apprendre à demander et à recevoir: saurons-nous surmonter la méfiance et la peur, peur de la rencontre, peur de l’ouverture, peur de ma propre vulnérabilité: « Qu’aurai-je à donner en échange ? »

Saurai-je m’aimer assez pour accepter que l’autre m’aime, le temps d’un sourire, d’un don ?

Nous nous évaluons sans cesse nous-mêmes sur ce que nous avons, saurons-nous regarder aussi ce que nous avons besoin de recevoir ?

Assise sous le cerisier, nous prenons le thé, cette jeune femme et moi, tout en bavardant agréablement. Les dernières fleurs dispersent leurs pétales dans une brise légère, et l’un d’eux vient parfois flotter dans nos tasses, porte-bonheur éphémère de l’été encore à venir.

Je suis étonnée de trouver mon amie si fatiguée, amaigrie, elle que j’imaginais en pleine forme, heureuse de la jolie petite maison blanche acquise, là-haut, dans ce paysage presque lunaire de pierres et de vent du plateau ardéchois. Je l’ai vue y emménager avant l’hiver, avec son mari et son petit bébé, encore toute émerveillée de ce bonheur tout neuf, pleine de projets et d’énergie.


Petit à petit, j’apprends que l’hiver ne s’est pas bien passé; embarrassée, les yeux baissés, elle me dit que son mari est tombé malade, qu’il n’a pas pu prendre le travail prévu; puis c’est le bébé, qui dormait mal, qui maigrissait : rien de dramatique, mais suffisamment d’inquiétude pour une jeune maman se sentant isolée; car cette femme du Sud, du soleil et du désert avait dû faire face seule à son premier hiver, découvrant la neige et incapable de prendre la voiture sur les routes verglacées. Habitant un hameau sans commerçants, ils avaient parfois manqué même du nécessaire.

Connaissant la gentillesse des gens de la région, je m’étonne qu’aucun de ses voisins n’ait proposé de l’aide. Elle baisse encore plus la tête et me répond d’une voix étouffée : « Je ne le disais à personne. » Et comme je lui reproche gentiment de ne pas m’avoir prévenue, moi, son amie; de ne pas m’avoir donné l’occasion de passer, de lui faire des courses, enfin de l’aider, elle a ce cri du cœur : « Ah, mais donner, je peux; je peux donner jusqu’à ce que je n’ai plus rien. Mais recevoir ! Ca, c’est trop difficile ! »


Et je me souviens que j’ai entendu cela si souvent. Essayer de tout faire par soi-même, de résoudre tous les problèmes toute seule, menant ce combat par habitude et par fierté.

Car nous portons vite un jugement : donner est bien, c’est généreux mais recevoir est mauvais, un signe de faiblesse. Il est si difficile de perdre notre illusion du « Je peux tout, je n’ai besoin de personne », reconnaître qu’il nous faut aussi tendre la main, tendre le cœur et apprendre à remercier.

Ne sommes –nous pas, au plus profond de notre vie, tous des mendiants: mendiants d’amour, mendiants de vie, mendiants comme ces renonçants qui abandonnent tout pour mieux reconnaître le visage divin dans le visage de chaque autre ?

Saurons-nous surmonter la méfiance et la peur, peur de la rencontre, peur de l’ouverture, peur de ma propre vulnérabilité : « Qu’aurai-je à donner en échange ? »…

Saurai-je m’aimer assez pour accepter que l’autre m’aime, le temps d’un sourire, d’un don ? Saurai-je être assez libre, assez joyeuse pour me tenir là où il n’y a plus de différence– juste la joie de l’échange, sans calcul, juste une rencontre de cœur à cœur.


Un jour, le Bouddha, à la fin de son sermon cueillit une fleur, et en silence la fit tourner entre ses doigts. Un de ses disciples sourit et le Bouddha dit :

« Celui-ci a compris tout mon enseignement… » Donner n’existe pas, recevoir n’existe pas : il n’y a que le partage.


Peut être ce we juste reconnaître comment nous recevons des autres et du monde à chaque instant, et s’enhardir à demander...C’est la concrétisation du Filet d’Indra : voir la circulation incessante, des choses, des sourires, de la lumière et voir ce que tous les autres- et chacun- nous apporte...



40 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Grâce