Comprendre les préceptes


Yaoshan s’était avancé dans les préceptes de tout son coeur, mais il pensait que c’était des choses fixes, rigides. Il pratiquait de façon littérale, dualiste et ne pouvait se libérer de son anxiété. Il alla voir le grand Maître Shitou et lui parla de ce problème: «  J’ étudie la Voie du Bouddha depuis longtemps, mais je ne comprends toujours pas qui est le Bouddha, et qui je suis. Je ne comprends pas le rapport entre moi et Bouddha. J’ai entendu dire que le Bouddha était heureux et libre, mais moi ces pratiques ne me donnent ni liberté totale, ni coeur satisfait ».

La réponse de Shitou exprima la lumière insaisissable des préceptes et pointa directement la véritable nature de l’esprit humain :
« Pratique la Voie comme vous l’avez fait ne va pas; pratiquer de la façon contraire n’ira pas, et combiner les deux n’ira pas du tout. Il n’y a aucun endroit où se tenir. vous ne pouvez pas réaliser cela par votre propre pouvoir. Alors qu’en est-il pour vous ? »

Yaoshan ne put répondre à cette question. Il essayait encore de trouver un endroit où se tenir, encore d’attraper l’insaisissable. Mais la signification ultime  se révèle là où vous ne pouvez plus rien attraper.

Rencontrant Mazu, il essaya à nouveau. Mazu lui répondit: «  Bien que cela soit insaisissable, je peux quand même remonter mes sourcils ou pas. Quelquefois un clin d’oeil capture l’insaisissable, quelquefois pas. Sans essayer d’attraper quoi que ce soit pour vous aider, vous vivez seulement votre vie à partir de la lumière des préceptes. Juste maintenant, qu’en est-il pour vous ? »

Cette fois, Yaoshan n’essaya pas d’attraper la lumière des préceptes, et il ne chercha pas non plus à la fuir. Il resta juste- droit- et il fut donc illuminé. Il s’éveilla au monde où tout ce que nous faisons n’est possible que grâce au soutien que nous recevons et donnons à tous les êtres.

Après cette compréhension- réalisation, les préceptes n’étaient plus quelque chose d’extérieur qu’il s’imposait à lui-même, mais au lieu de cela ils naissaient de lui comme l’expression naturelle de sa compréhension de la vie. Il savait quoi faire, sans réfléchir. mais cette réalisation ne vint qu’après des années d’essais infructueux de réaliser les préceptes par pouvoir personnel.

Wanson écrivit: «  Comprendre la signification en s’appuyant sur les écritures, c’est l’ennemi des bouddhas de tous les temps; dévier d’un mot des écritures c’est parler les paroles d’un diable ».

Les préceptes sont la porte vers la pratique de la Voie du Bouddha. Ils offrent le moyen d’apporter le silence et le calme de l’assise dans l’activité de tous les jours, et une voie vers la compassion qui pénètre tous les aspects de notre vie. Ils sont comme le sang qui coule dans nos veines quand nous nous asseyons juste. Ces préceptes sont là pour ceux qui veulent dédier leur vie à aider tous les êtres.

Quand nous ne pratiquons pas les préceptes de tout coeur, nous pouvons nous cacher derrière nos insuffisances. nous pouvons penser que si nous essayions davantage, ou pratiquions plus attentivement, alors nous pourrions nous libérer de l’anxiété, ou des peurs qui nous accompagnent. Mais quand nous pratiquons les préceptes de façon impeccable, nous réalisons que notre compréhension est limitée et incomplète. M°D dit: «  Quand le dharma ne remplit pas tout votre corps et tout votre esprit, vous pensez qu’il est déjà suffisant. Quand le dharma vous remplit complètement, corps et esprit, vous comprenez que quelque chose manque ».

 

R. Anderson

DSC08173 copie.JPG