Rechercher
  • Joshin Sensei

Comme un OVNI dans notre monde !

Dernière mise à jour : 23 sept.


( D'après les notes)

Je voudrais aujourd'hui partager avec vous un lieu et une statue.

Le lieu c'est le Japon, Kamakura, une ancienne capitale et dans ce lieu, il y a beaucoup de très beaux temples, de sanctuaires, de très beaux endroits mais ce qui est important pour moi c'est une statue : le Grand Bouddha de Kamakura.

J'ai déjà parlé des statues et de l'importance qu’ont pour moi les représentations du Bouddha parce qu'elles vont faire naître en nous un sentiment, elles vont faire retentir en quelque sorte, faire naître en nous un écho ; les plus belles statues, bien sûr, celles qui ont été faites avec les mains et avec le cœur, un écho de la sagesse et de la compassion du Bouddha.

Elles créent un autre monde dans ce monde (comme un Ovni!), un autre espace dans notre vie bien remplie, une possibilité : voici ce que le Bouddha a enseigné, et voici ce qui nous est ouvert.

J'ai ressenti ça la première fois au musée Guimet devant les bouddhas khmers: des statues très douces qui nous présentent un Bouddha très intériorisé, avec un une ombre de sourire.

Je vous encourage à aller quand vous êtes à Paris dans ce musée parce que ces statues, je trouve qu'elles font bouger quelque chose à l'intérieur de nous-mêmes.

Et puis Kamakura : alors là on est en face d'un très grand Bouddha, cette statue fait plus de 13 mètres de haut, elle était abritée dans un temple autrefois et maintenant elle est en plein air, dans l’enceinte d’ un temple de la Terre Pure, une branche du bouddhisme qui aide à la libération de tous les êtres vivants. Le Grand Bouddha veille par conséquent sur tous les êtres, saints ou pêcheurs, riches ou pauvres, jeunes ou vieillards. C’est l’équanimité du Bouddha qui guide tous les êtres vers la Terre Pure.

Donc, on arrive : la statue est entourée d’arbres et de jardins et puis de personnes ; et c'est vrai que quand on arrive devant cette ce statue, on ne peut que lever le regard vers elle, elle est si haute, et pourtant, je me suis pas sentie « petite », écrasée devant un grand Bouddha, mais je me suis sentie enveloppée par ce Bouddha, entourée par ce Bouddha, et c’était très apaisant.

Peut-être grâce à la caractéristique unique de ce Bouddha : contrairement aux Bouddhas qui se tiennent droits et en méditation, celui -ci, cette grande statue, est penché vers nous ; ce Bouddha est penché vers les êtres : il est à la fois complètement en méditation, complètement tranquille et en même temps complètement dans sa compassion envers les êtres. Il ne s’est pas éloigné de nous, mais au contraire tourné vers nous.



C'est vraiment extrêmement impressionnant et j'ai voulu partager ce matin un texte écrit par un pratiquant que je connais bien, un pratiquant laïc de très longue date puisqu'on a à peu près commencé ensemble, et qui a eu l'occasion de se rendre plusieurs fois à Kamakura. Le texte qu’il a écrit donne selon moi vraiment ce sentiment total de Refuge dans le Bouddha, c'est à dire d'acceptation totale par le Bouddha de qui nous sommes, de ce que nous sommes, avec toutes nos petitesses, je dirais, et tout cela est accueilli et transformé et et devient compassion.

« Voici que l’on rencontre — rencontre ou bien plutôt rendez-vous ?— l’immense, l’imposant mais humble Bouddha de bronze de Kamakura…..On le dit l’œuvre de deux sculpteurs, qui, douze ans durant, le construisirent au milieu du XIII ème siècle. Il est désormais en plein-air, dans l’enceinte du temple Kôtoku-in, sur une esplanade bordée d’échoppes de souvenirs. Mais ce n’est pas à cela qu’on fait attention.


Choc de la découverte, avancée comme aimantée par sa masse, immobilisation devant sa seule existence. Il est impressionnant et étonnamment doux, recueilli, avec les plis de sa robe qui coulent vers nous, paupières baissées et juste un filet de regard, un regard intérieur qui semble accueillir tout ce monde qui se presse à ses pieds, en fait le tour ou grimpe à l’intérieur, dévots, touristes ou curieux, sans avoir à les regarder mais vers lesquels, à la différence de tant de statues au dos si droit, du fond de sa compassion il s’incline.

Ce n’est qu’une statue, mais une statue à la fois placée hors du temps et dotée d’une présence si sensible pour qui la considère et se fait considérer par elle qu’il faut en parler comme d’une personne.

Il n’a rien à démontrer ou à imposer, sa qualité d’être-là et sa bienveillance suffisent. Fondé dans la liberté d’un éternel présent, depuis son immobilité il considère simplement les émotions et frustrations de tous ces individus qu’activent leurs désirs d’indépendance et de consommation,

il comprend leurs tourments et leurs affrontements, les voit pris par leurs illusions, survivant plus que vivant dans ce rêve qu’ils prennent pour la réalité.

Il ne rejette personne et silencieusement offre à rejoindre l’attentive sérénité qui émane de lui. A l’instant, disparaissent les vagues qui ballottent le quotidien. Et, ne serait-ce qu’en ce seul instant, celui qui se présente à lui se retrouve dans un temps plus profond, vidé de ses agitations, empli de respect et participant de la paix qu’il répand..."








Je suis touchée par cette description car je trouve qu'elle reprend de façon concrète l’extrait d’un texte classique, de Menzan Zuiho :


« Le Tathagata demeure paisiblement dans le royaume du Bouddha qui est au-delà des pensées et des discriminations, il rayonne la grande lumière de la sagesse et illumine tous les êtres sensibles des dix mondes, ces êtres qui sont liés par la pensée et la discrimination.

Par conséquent, ces êtres sensibles peuvent être libérés de la limitation de leur monde et ils peuvent ainsi réaliser l'Illumination du Bouddha.

C'est comme la neige gelée sur les hautes montagnes qui fond lorsque le soleil de printemps brille sur elle... »

Le numéro d’octobre de notre bulletin Daishin l’Esprit Large reprend ce texte et est illustré de photos de ce Grand Bouddha, et j’espère qu’il résonnera en vous aussi ...

Passer du temps en toute bonne conscience sur son ordi : regarder les statues de Bouddha… !

31 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Grâce