Vagabondages...

 

Un souffle de printemps, et la nature s'éveille... Quelques semaines plus tard, un petit vent de printemps, et c'est mon cœur qui aspire au départ, à la marche, à l'errance. « Le soleil et la lune sont des voyageurs éternels » , dit Bassho, l'écrivain de haïkus. « Même les années vont en flânant... Chaque jour est un voyage, et le voyage lui-même est notre demeure... »

Les nuages l'ont guidé vers une vie de poésie et de vagabondages, et moi aussi aujourd'hui, en ce matin piquant d'une petite fraîcheur porteuse de promesses, je rêve et je soupire...

 

Il y a dans le mot « vagabonder » un je-ne-sais-quoi de sautillant, de primesautier qui fait que les jambes vous démangent, que tout le corps s’impatiente, qu’on cherche du regard un sac à dos, posé sans doute contre le tronc d'un arbre, prêt à le reprendre et repartir d'un bon pas. Partir pour mieux voir ce que l'habitude nous cache, pour respirer, pour sentir la sève qui coule dans les veines des arbres, pour partager la force de la saison qui explose le matin à l'aube dans le chant des mésanges nonnettes, calotte noire et corps vibrant ; partir pour s'éveiller demain dans un monde tout neuf.

 

« Vagabonder » : on y entend les cailloux qui roulent sous les pieds, et le chemin qui s'apprivoisera au cours de la journée, passées les premières enjambées....

 

Joshin Sensei Un été en méditation