Rechercher
  • Joshin Sensei

Sans crainte de ce bonheur...

« Je me demandai si je craignais ce bonheur, si différent du bonheur des désirs, et je vis que je n’avais nulle crainte de ce bonheur »

( in Silburn Aux Sources du Bouddhisme)


Lorsqu'une chose nous accompagne depuis longtemps, il est si difficile de la lâcher, de la laisser partir, même si elle est insatisfaisante, même si nous savons que nous devons la lâcher pour avancer...C'est comme une mue, une métamorphose: nous devons sortir de notre cocon, car il est devenu trop petit, ce n'est plus une protection mais une prison...mais il y a la crainte...et pourtant nous savons, par les témoignages, les récits, les paroles de l'Enseignement, mais surtout par notre aspiration, que c'est souhaitable, plus même que c'est notre vie même et que nous pouvons avancer sans crainte, car nous n'avons rien à perdre: " Une pensée fondée sur la confiance, telle est l'origine de l'entrée sur la Voie.."


En illustration,quelques réponses données au questionnaire: " l' Eveil, possible, souhaitable?"


Questions posées aux plus anciens/anciennes de la Sangha de Joshin Sensei :

L’Eveil : pour vous possible, probable, souhaitable ? Ou impossible, improbable, non souhaitable ? Ce qui changerait dans votre vie ? Je n’ai pas pensé à l’Eveil au début de ma pratique, ou du moins sans doute y ai-je pensé comme l’idée d’un état que l’on rencontre au bout d’un long chemin.

Le début de mon nom bouddhiste « Ko Getsu » signifie « lune brillante », la lune étant le symbole de l’Eveil dans le Zen. Ce nom me guide, je m’en rend compte.

Après toutes ces années de pratique, de rencontre avec les textes, d’enseignements de Sensei, de travail avec la Sangha, je comprends que ce n’est pas quelque chose d’inaccessible, mais au contraire à la portée de tous. Je vois l’Eveil comme un possible, que chaque être vivant peut expérimenter-comprendre-connaître.

J’y ai pensé récemment, quand j’ai un peu mieux compris le sens de ce mot. Avant c’était un joli mot, mais vide de sens pour moi.

Est-ce que l'Eveil changerait votre vie ? comment ?

Oui, de nombreuses visions déformées crées par mon esprit n’auraient plus le pouvoir que je leur laisse malgré moi actuellement ; elles ne seraient simplement plus. L’Eveil permettrait (si j’ai bien compris) d’être constamment dans cette globalité et d’agir directement de façon juste (sans ruminations et sans doutes constants) avec tout ce qui se présenterait.

-------

Je pense à l’Eveil comme possible, oui, et même réalisable, de par notre nature potentielle de Bouddha. Et souhaitable, mille fois oui ! Pour aider les autres êtres, tous, à traverser vers l’Autre Rive. Une aspiration qui prend de la force au cours du temps, mais n’envahit pas tout mon esprit, dommage; il reste encore beaucoup de place pour les désirs, préoccupations…autres.

Les obstacles, il y en a bien sûr, mais je les sens plus légers, même si nombreux

)- :!

Mais c’est la compréhension juste, complète, de la Voie du Bouddha, des 4 Nobles Vérités, de l’Octuple Sentier, qui n’est pas là encore…Alors étudier les enseignements, pratiquer, encore et plus, et l’illumination vient parfois sourire et je comprends : « Oui, continue. »

-----

Ce que je me disais il y a quelque temps c'est qu'en fait je me représente les choses comme ça : tant qu'on se limite à voir la pratique "juste" comme un projet d'amélioration personnelle, on ne fait que réaménager la "boîte" dans laquelle on fonctionne : on repeint, on change la disposition des meubles, on agrandit peut-être un peu, mais on reste dans sa boîte sans penser qu'on pourrait en sortir... en sortir et peut-être... réaliser qu'il n'y a en fait jamais eu de boîte au départ? Et que ça me semble "dommage"...

L'idée est présente dans ma tête, oui ; dans ma pratique : j'essaie .

-----

Me vient de suite à l'esprit la couture du rakusu.Juste après avoir fini de le coudre, dans la bibliothèque, je regarde les poutres du plafond, souvent regardées, et je les vois comme avec un autre point de vue. La même chose mais vue autrement.Et après la cérémonie, je repars par le chemin vers le village. Les couleurs, les matières semblent neuves, éclatantes et précises comme si le monde avait été lavé.----

----

Plutôt comme un souhaitable! Parce que c'est la joie qui déboule d'un coup, c'est comme le paysage qu'on peut voir derrière les vitres enfin propres...

Quand avez vous commencé à penser à l'Eveil? Au début de votre pratique? Récemment? jamais?

En fait, j'y pensais de façon intellectuelle, comme à quelque chose de presque inatteignable pour la plupart des gens, jusqu'à votre lecture de Sutherland Roshi. Et du coup, voici que je réalise que des expériences d'Eveil sont possibles, qu'on en a peut-être même déjà eues sans savoir les nommer, qu'on pourrait en avoir, mais je les vois plutôt comme des expériences en pointillé, pas comme un état permanent.

--------

Cet Eveil je le vois comme quelque chose de souhaitable, éventuellement de possible mais pas comme quelque chose de définitif... et en fait, je le vois plus comme si cette perspective me donnait une direction, un chemin à suivre, une étoile qui guiderait mes pas comme l’étoile polaire guidait mes ancêtres marins.Mais je pense assez rarement à cet Eveil... même si j’ai eu depuis, des instants où j’ai eu l’impression d’être complètement là, l’impression de voir le monde et de me voir soi-même dans le monde avec, comment dire, une acuité inhabituelle, sans séparation, l’impression d’être à ma place.

-----

Souhaitable et possible. Pourquoi? En chantant les voeux on tend vers cette direction. En prenant Refuge, on fait le choix d'apprendre, de se transformer, de s'ouvrir. Dans le texte, elle décrit l'illumination comme stabilité. Cela me parait juste et proche de ce que je ressens, transformer sa vie, se rapprocher de la stabilité et de l'équanimité.

----

La façon dont je conçois l'Eveil s'est modifiée au cours du temps. Pendant de longues années, l'Eveil m'est apparu comme un idéal souhaitable mais impossible pour moi, tellement imparfaite. Cela m'apparaissait comme un état extra/ordinaire apanage du seul Bouddha ou d'êtres avancés spirituellement. En plus j'avais du mal à mettre des mots sur ce que représentait réellement l'Eveil. Qu'est ce que c'est vraiment ?...

Puis grâce aux enseignements de M° Dogen que vous nous transmettez, j'ai modifié ma façon de voir.

M° Dogen dit : « il n'y a pas de distinction à faire entre pratique et Eveil » , « la pratique, c'est l'Eveil ».

Cela m'a ouvert les yeux, je me suis dit que je m'étais éveillée quand j'ai pris refuge dans les trois trésors et pris les vœux de bodhisattva et chaque matin je m'éveille à nouveau quand je récite cela.

------ L'Eveil , c'est désormais pour moi un possible. C'est ouvrir mon cœur, mon esprit à un autre mode de fonctionnement que ma manière habituelle égocentrée.

C 'est prendre conscience d'une autre dimension possible de ma relation avec le monde et les êtres. C'est un travail, une pratique de tous les jours et de chaque instant.

----

Ma réponse : « sourire de l’Eveil »


« Je me demandai si je craignais ce bonheur, si différent du bonheur des désirs, et je vis que je n’avais nulle crainte de ce bonheur. »


Pour moi l'Eveil, c' est Vimukhti : Libération: lorsque nous nous libérons de notre crainte, lorsque nous voyons qu'en fait nous avons déjà toujours été libre. Bodhidharma demande à Huiko : " Qui t'a attaché?" et je vois que c’est moi même qui me suis enfermée dans un cocon qui n'existe pas...




30 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout