Rechercher
  • Joshin Sensei

Rencontrer un.e Enseignant.e

Travailler avec un Maître...Pourquoi ? Est-ce nécessaire ? Qu’est-ce qu’une rencontre avec un Maître ? Et ce mot « Maître », est-il facile à comprendre, ou bien ouvre-t-il la porte à une série de fantasmes et de déceptions…

Pour ma part je choisis de parler d’« enseignant.e », même si je dis Maître Dogen ; et j’utilise le plus souvent le terme « Roshi » pour parler de ...mon Maître… !

Voici deux textes de Maître Dogen qui pose ces questions, et à nous, à travers notre expérience et notre pratique, de trouver des réponses.

Parce qu’il est important de revenir aux textes fondateurs, qui sont la base de notre réflexion et de notre pratique.


Shushogi M° Dogen : rencontrer un.e Enseignant.e

« Lorsque l'on pratique l'Eveil complet et parfait,- anuttarak samyak sambodhi- le plus difficile est de trouver un guide et un enseignant. Cet enseignant n'est pas la forme d'un homme ou d'une femme, mais toute personne avec une forte résolution ( d’accomplir l’Eveil pour le bien de tous les êtres) sera cet enseignant. Cet enseignant n'est ni une personne du passé, ni une personne du présent.


Une fois rencontré ce guide, cet enseignant, rejetez les myriades de distractions, et sans perdre un moment, mettez toute votre énergie avec dévotion à la poursuite de la Voie.

Quand vous rencontrez un enseignant qui parle de l'Eveil suprême, ne considérez pas sa situation sociale ni les traits de son visage ; ne méprisez pas ses manques, ne pensez pas à son attitude. Mais plutôt, rendez-lui hommage en vous prosternant devant lui, trois fois par jour.

Si vous vous conduisez de cette façon, la Voie s'ouvrira certainement devant vous... »

M° Dogen, Raihai Tokuzui – « Se prosterner et atteindre la moelle »- dans le Shobogenzo :

L'occasion de s'éveiller à l'Esprit de la Bodhi est en général réservée aux êtres humains de ce monde. Alors que nous avons eu la chance non seulement de naître en ce monde mais aussi d'entrer en contact avec l'Enseignement du Bouddha, comment pourrions-nous ne pas être heureux ?

Si à notre époque la Loi authentique n'avait pas encore été diffusée dans le monde, il serait pour nous impossible d'entrer en contact avec elle, même si nous sacrifiions toute notre existence. Quelle bonne fortune d'être né à une époque qui nous donne l'occasion de pratiquer la Voie !

Écoutez les paroles du Bouddha :

''Lorsque vous rencontrez un Maître, ne vous occupez pas de sa naissance, ne regardez pas son aspect, ne prêtez pas attention à ses erreurs ou à son comportement. Plutôt, en signe de respect pour sa grande Sagesse, prosternez-vous devant lui avec gratitude trois fois par jour, sans jamais lui donner de motif de préoccupation.''

Si les Bouddhas et les patriarches n'avaient pas transmis directement la Loi, comment aurait-elle pu arriver jusqu'à nous ?

Nous devrions être reconnaissant pour chaque phrase, chaque mot de la Loi, et plus encore pour le grand bénéfice qui résulte de l'Enseignement Suprême : l'Oeil de la Loi Authentique.


L'expression vraie de notre gratitude ne peut se montrer qu'à travers la vie quotidienne. Cela signifie pratiquer en nous abandonnant nous-mêmes et en donnant de la valeur à chaque jour de notre vie. Le temps vole plus vite qu'une flèche. La vie est plus éphémère qu'une goutte de rosée. Il est impossible de faire revenir, ne fût-ce qu'un seul jour du passé. Vivre cent ans sans but, c'est manger le fruit amer du temps, devenir un misérable sac d'os.


Même si vous vous êtes laissés aller à l'esclavage de vos sens pendant cent ans, suivre la pratique du Bouddha, ne serait-ce qu'une seule journée, vous donnera cent ans de vie, dans ce monde comme dans le prochain.La vie de chaque jour doit être respectée ; le corps doit être respecté. C'est à travers notre corps et notre esprit que nous pouvons pratiquer la Voie, c'est pourquoi ils doivent être aimés et respectés.


C'est à travers notre propre pratique qu'apparaît la pratique de tous les Bouddhas, et que la Grande Voie les rejoint. M° Dogen

Lorsque l'on a la chance de rencontrer un Maître authentique,

les mots de M° Dogen deviennent vivants,

et nous accompagnent tout au long de notre vie.

La transmission juste est Sampaï.


Joshin Ni



32 vues0 commentaire