Rechercher
  • Joshin Sensei

Voyager léger, avancer légère


« Même les années vont en flânant... Chaque jour est un voyage, et le voyage lui-même est notre demeure... » disait Basshô


Les nuages l'ont guidé vers une vie de poésie et de vagabondages, et moi aussi en 2022, je veux voyager, et voyager légère…Comme une plume dans le poids du monde...

Extraits de Journeys of Simplicity P. Harnden


« Travelling light » : light, à la fois léger, et lumière...Je voyage léger ( light) , comme la lumière ( light); c'est à dire, aussi léger que puisse voyager un homme qui transporte encore son corps à cause de sa valeur … "C.Fry

Harnden dit : « Nous aimons tant les choses qui nous alourdissent, et nous aimons tant nous alléger ; notre vie est une danse entre ces deux pôles »

Il donne des exemples d’auteurs, autrices, ou personnes célèbres ; j’en ai choisi deux qui illustrent bien « ces deux pôles » :

« Voici ce que John Muir, 19-20 ème s, américain, I’un des premiers naturalistes modernes, militant de la protection de la nature ; il disait qu’il s’était inscrit à « l’Université de la vie sauvage ». emporta avec lui pour une marche de 1500 km de l’Indiana ( Nord-Est) au Golf du Mexique :

un peigne, une brosse, une serviette, un change de sous-vêtements, 5 livres, un pressoir à plantes et une carte.

« Il n’y a qu’en allant seul, en silence, sans bagages, que l’on peut réellement entrer au coeur de la vie sauvage. » écrivait-il.

Par ailleurs, à peu pr!ès à la même époque, Henri Thoreau: l’auteur de Walden ou la Vie dans les bois, une réflexion sur la nature et la vie simple menée à l'écart de la société, écrite lors d'une retraite dans une cabane qu'il s'était construite au bord d'un lac. Lui qui disait toujours « Simplifier, simplifier » emporta pour un voyage en canoe de 12 jours plus de 50 kg de bagages. »

Journeys of Simplicity P. Handen

Et il cite ce chant :

« Je repense à mes petites aventures

- à mes peurs- ces petites peurs qui me semblaient si grandes ;

à toutes ces choses vitales que je voulais aller chercher-

et pourtant

la seule chose,

la grande chose :

vivre pour voir le jour qui se lève

et la lumière qui emplit le monde... » Vieux chant Inuit

Où nos voyages nous emmènent-ils ? Que laissons-nous derrière nous ? Qu’emportons-nous avec nous ? Comment trouvons-nous notre chemin ?


« C’est merveilleux, disent ses disciples lorsque le Bouddha a exposé un point du Dharma, c’est comme une lampe qu’on apporte dans les ténèbres.. »


Chaque matin, le Bouddhadharma, la lumière qui se lève, le chant du Dharma...


quelle chance !




Lorsque nous allons rechercher des aumônes, marchant de maison en maison, nous portons un grand chapeau, comme celui-ci rapporté de Zuigakuin, et un bol.

Nous partons légers, nous revenons légers...


Photo Marcelo, la bibliothèque de la Demeure sans Limites

32 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout