top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurJoshin Sensei

Ses sandales sur la tête 

Beaucoup d'entre nous ont passé leur vie à apprendre, à s'interroger et à chercher. Mais même sur le Chemin de l'Eveil, si nous ne faisons qu'étudier, nous perdons notre temps et celui de notre enseignant. Cela ne signifie pas que nous ne devrions pas étudier ; l'étude et la pratique s'aident mutuellement.

Mais ce qui est important, ce n'est pas le but que nous recherchons - même si ce but est l'Illumination - mais le fait de vivre chaque moment de notre vie quotidienne véritablement et pleinement.

Thich Nath Hanh


L’essence du Zen p.25

Alors on en est là : le chat est entré dans la salle de méditation, Nansen l’a attrapé par la peau du cou, exigeant une réponse- quelle réponse ? A quelle question… ? Harada Roshi nous dit que c’est à LA question fondamentale : « Est-ce que vous pouvez, sans aucun doute, vous éveiller à votre Soi essentiel » ? Les moines sont restés muets, eux qui se disputaient sur la nature du chat – Bouddha ou pas Bouddha- quelques minutes auparavant ...et le chat fut coupé en deux par Nansen…

Et… ?La question est nôtre, toujours là puisque nous sommes venus nous asseoir sur un coussin, et depuis ce moment, nous dit Harada Roshi, Nansen, le chat, les moines nous accompagnent partout, à chaque instant : nous avons empoigné le chat par le cou, et il nous faut répondre, là, tout de suite…

Et.. ? Que se passe-t-il une fois que Nansen a tranché le chat ? Le koan ne nous le dit pas...Consternation des moines ? Grand samou du zendo ? Nansen est-il content de sa démonstration, ou vaguement embêté quand même ? Est-ce que c’est le tenzo, le cuisinier du temple, qui va finalement donner une réponse : « Maintenant qu’on n’a plus de chat, les souris vont danser ? »

Que se passe-t-il lorsque nous nous levons du coussin si nous y laissons notre question ? Nous allons danser...nous distraire...regarder YouTube..mais au final le koan est toujours là...

Harada Roshi nous dit qu’il est impossible de couper la Nature de Bouddha en deux ! Nous ne pouvons pas nous exclure parce qu’« il n’y a vraiment aucun espace entre nous et les choses ». Quand nous courons partout comme les souris, c’est que « nous n’avons pas l’esprit en paix, parce que nous percevons sans cesse la distance entre nous et les choses »


« La Voie, aussi bien que le zen doit être partout, à tout moment... »

Et…. Voilà que, alors que Nansen tourne autour du temple en se demandant s’il fallait reprendre un autre chat, Joshu, un de ses grands disciples qui avait passé la journée à travailler au dehors, nous dit-on, (où était-il ? ) arrive. Nansen lui résume l’histoire : « Aujourd’hui, il y a eu un problème concernant un chat ; aucun des moines ne pouvait me donner de réponse, j’ai coupé le chat en deux. Comment m’aurais-tu répondu ? »

Et Joshu met ses sandales sur sa tête et repart...Nansen s’écrie : « si tu avais été là, je n’aurais pas coupé le chat... »


Est-ce qu’on peut expliquer le geste de Joshu ? Pas moi- pas vous ! Qui va croire qu’il n’existe qu’une seule réponse ? Si vous ne trouvez pas la vôtre, comment allez-vous comprendre celle de Joshu… ?

On ne peut pas détacher sa réponse du reste du koan- et d’ailleurs est-ce que c’est une réponse ?


On dirait que Joshu et Nansen jouent au chat et à la souris, l’un apparaît, disparaît, réapparait- celui qui attrape est attrapé à son tour...

Harada Roshi nous dit : « J’aimerais que vous soyez Nansen, les moines, le chat – ça il nous l’avait déjà dit- et Joshu.. . » Voilà un autre dharma pour nous accompagner dans notre vie…Parce que Joshu, Nansen, les moines et le chat sont prêt à « ressusciter » quand nous voyons, quand nous « réalisons » que nous sommes ces bouddhas, ces bodhisattvas, ces maîtres, ces moines, ces nonnes, tous ces êtres éveillés dont nous parlent les textes et les koans- pas un espace entre eux et nous...c’est nous qui les faisons revenir à la vie à chaque instant quand nous réalisons notre Soi véritable…

Alors… si nous aussi nous arrêtions de jouer au chat et à la souris avec nos pensées… ! S’il n’y avait rien à attraper, ni moines, ni maître, ni chat, ni Nansen, ni Joshu, ni Bouddhas, ni Patriarches...






43 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page