Rechercher
  • Joshin Sensei

O'Bon : Fête des morts au Japon autour du 15 août

Trois jours où l'on prie pour le bonheur de ses ancêtres et de tous les êtres vivants.Trois jours pour la réconciliation et le pardon.



PURIFICATION : Les japonais retournent dans la maison d'origine, dans leur village ou ville de province natale afin de préparer et de participer à cette fête au sein de leur famille. On se rend au cimetière afin de nettoyer et fleurir la tombe familiale. Le premier jour, on lave la pierre tombale « comme si l'on lavait le dos de sa propre mère »...

On nettoie aussi les maisons afin de se préparer à accueillir les esprit des ancêtres comme si l'on recevait des invités.


« C'est la grande fête des esprits ! Les melons de cette récolte sont esprit ! Esprit, les aubergines ! Esprit l'eau de la rivière Kamo ! Esprit, les pêches et les kakis ! Les morts sont esprit, les vivants sont esprit ! Tous ces esprits s'unissent et se fondent dans la vacuité du cœur et de la pensée. Je rends grâce et je loue le Bouddha ! » Ikkyu


Le soir, les villageois, ou les habitants des villes, se regroupent par quartiers : c'est Bon-Odori, danse traditionnelle pour accueillir les ancêtres, mais aussi célébrer l'été, les moissons et l'abondance.




HOSPITALITÉ: il est de tradition de faire un feu devant la maison ou dans le cimetière qui servira de guide aux ancêtres sur le chemin de retour, comme une voix qui leur dirait : « Grand-père, grand-mère par ici ! ». Bougies et bâtons d' encens seront allumés à partir de ce feu, ce qui donnera aux ancêtres le moyen de rentrer dans leur maison.


Car pendant cette période, les portes de l'au-delà s'ouvrent, leur permettant de revenir dans leurs foyer, où tout est prêt pour les accueillir. Ils doivent être gâtés durant ces trois jours, puis ils regagneront leur monde. L'hospitalité qui leur est offerte doit être authentique et sincère. Il n'y a plus de barrières, de séparation entre les vivants et les morts.


« La fête de l'unité des esprits ! Dans cette doctrine, l'univers bouddhique n'a qu'un cœur. Tout l'univers bouddhique n'a qu'un cœur. Alors, ce cœur unique, c'est tout l’univers ! Et dans cette fête , les arbres, les herbes, le pays, la terre, tout devient Bouddha ! » Matsu


OFFRANDES : On sculpte des chevaux et des bœufs à partir de concombres et d'aubergines avec des pattes en paille qu'on posera sur un autel spécialement préparé pour cette occasion. Ces animaux faits à partir de légumes représentent les montures des esprits; certains disent que ces animaux repartent avec les tristesses, les irritations, contrariétés et douleurs des vivants.




On placera aussi sur cet autel, des légumes et fruits de saison aussi bien que des sucreries. En fait, on leur offre des mets goûteux, de l'eau, du riz, des pâtes, tout ce que l'on trouve de meilleur y est déposé et aussi tout ce qu'ils aimaient du temps de leur vivant.



3ème JOUR: Le dernier jour, un autre feu est allumé afin de leur permettre de s'en retourner dans l'au-delà et de refermer la porte en éteignant le feu.


Puis, le soir, on confectionne des petits radeaux sur lesquels on pose une bougie ; ils sont confiés à la mer ou la rivière, et les esprits de ce temps d'Obon repartent ... cette coutume se nomme Shôryô nagesshi – les lumières des esprits flottants.


ORIGINE : Au temps du Bouddha Shakyamuni, à la fin de la retraite de la saison des pluies, apprenant le décès de sa mère, Maudgalyayana, un des grands disciples du Bouddha, demanda à ce dernier où elle se trouvait maintenant ; il s'inquiétait pour elle, sachant qu'elle avait mené une vie peu conforme à la morale. Le Bouddha lui apprit qu'elle était tombée dans le royaume des démons affamés. Maudgalyayana fit des offrandes afin de la secourir, et grâce à la cérémonie accomplie par le Bouddha et aux offrandes de Maudgalyayana, elle put renaître dans le royaume des êtres humains.


Cette histoire se greffa au culte des ancêtres préexistant en Chine et au Japon.


« Nous autres Japonais, ne délaissons aucun dieu. Nous présentons même des offrandes aux bouddhas errants qui pourtant n'entretiennent aucun rapport avec les humains ; nous récitons des prières devant les objets les plus humbles, comme les épingles à couture que nous honorons une fois l'an ! » Kawabata


Cette cérémonie, avec les rites décrits ci-dessus est très observée encore de nos jours. Les télés et les journaux annoncent les prévisions des embouteillages sur la route et dans les trains pour cette période de fête !

http://global.sotozen-net.or.jp/eng/event/summer/o-bon_sejikie.html Les 3 textes en bleu sont extraits de La Danseuse d'Izu De Yasunari Kawabata



17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout