Rechercher
  • Joshin Sensei

Introduction à la lecture des Quatre Nobles Vérités

J’ai choisi de commencer les lectures du samedi par les Quatre Nobles Vérités parce que c’est le premier enseignement du Bouddha après son Éveil, qu’elles sont reconnues par toutes les Écoles bouddhiques et qu’elles constituent le socle de tous les enseignements qui se développeront ensuite.

Et parce que pour nous, pratiquants du Mahayana, qui récitons le Soutra du Coeur, il est important de bien les connaître, les assimiler, car on ne peut pas comprendre le Soutra du Coeur sans connaître parfaitement bien les 4 NV. Ce sont deux textes en miroir.


Il y a 3 ans, j’ai dirigé une retraite qui portait sur les 4NV ; les pratiquants, seul.e ou en groupe, choisissaient soit un mot-clé, comme dukkha par ex, soit une des Vérités, et faisaient des recherches, dans les livres et en ligne.

Puis nous en parlions, et à la fin, nous avons écrit, ou plutôt ils ont écrit, un petit livret, chacun avec ses recherches, puis sa réflexion personnelle.

C’est sur ce livret que j’ai choisi de m’appuyer : il y a des sources diverses, des points de vue variés. Je mettrai en ligne les textes lus et leurs sources, ainsi qu’une bibliographie succincte.


Je trouve que c’est intéressant de croiser les regards, à la fois ceux des Maîtres du Dharma, des enseignants, comme Walpola Rahula, Ajahn Sumedho ou d’universitaires André Bareau, G. Ducoeur, et ceux des pratiquants laîcs du 21 ème s. qui cherchent ce que signifient dans leur vie ces 4 Nobles Vérités exposées par le Bouddha.

Ce texte présente aussi des répétitions, puisque différentes personnes ont travaillé sur un même thème, par ex sur DUKKHA, mais à partir de textes différents. Et comme je pense qu’il est bon d’entendre, et de ré entendre les 4NV, je vais suivre le petit livret, et revenir parfois sur le même sujet, avec un autre point de vue.

Textes d’enseignants et de pratiquants


- Circonstances dans lesquelles le Bouddha a donné cet enseignement

Le Sermon de Bénarès avec l'exposé des Quatre Nobles Vérités est l'enseignement fondamental du Bouddha. Après son Éveil, il l'a dispensé tout d’abord aux 5 ascètes, compagnons de sa période d'austérité qui l'avaient rejeté quand il avait rompu son jeûne.

Bien que très réticents initialement, ils sont subjugués par l'apparence du Bouddha et après avoir écouté cet enseignement, ils se convertissent tous les cinq et prennent Refuge dans le Bouddha et sa Doctrine. Ils forment la première communauté de moines, la Sangha. André Barreau cite dans le livre « En suivant Bouddha » :

« L'un des cinq ascètes, nommé Kaundinya, la poussière et les tâches recouvrant son esprit ayant disparu, fit apparaître en lui l'oeil de la Loi. Aussitôt, ayant su que Kaundinya avait obtenu celui-ci, le Bienheureux le loua en ces termes : « Kaundinya a bien compris ! Kaundinya a bien compris ! ».

C'est le premier disciple à s'être éveillé suite à l'écoute de cet enseignement du Bouddha. Donc cet enseignement est source d'Eveil. En tant que disciple du Bouddha, il est fondamental pour nous de l'étudier et le pratiquer.

- Quatre « Nobles » Vérités : Définition Que signifie l’expression ’Noble Vérité’ ? Par Vénérable Thich Huyen-Vi sur Budhanet


L’épithète « noble » suppose l’union intime de beau, parfait et merveilleux. Le substantif « vérité » désigne la réalité vraie, la réalité nettement établie, la réalité éternelle. Les Quatre Nobles Vérités désignent la réalité vraie de la condition humaine. Elles sont merveilleuses, parce qu’en même temps qu’elles montrent les aspects dramatiques de cette condition, elles sindiquent aussi les moyens de s’en préserver. Elles constituent les données de base de la philosophie bouddhique : elles représentent même le fondement unique de la doctrine du Theravada. Exposées de façon simple et claire par le Tathagata, elles sont faciles à comprendre, même pour les sujets les moins doués intellectuellement, puisque la souffrance physique ou morale est bien connue de tout être humain, et qu’il est parfaitement normal de fuir la souffrance et de rechercher le bonheur et la joie.

- Les Quatre Nobles Vérités dans ma vie


Dès l'époque du Bouddha, il avait reçu le titre " Le Roi des Médecins" car " les bhiksu avaient pleinement conscience que le schéma des 4 N.V. relevait de la médecine" G. Ducoeur


Les Quatre Nobles Vérités me touchent et résonnent fortement dans ma vie car le Bouddha , par cet enseignement, se comporte comme un médecin avec une démarche scientifique médicale. En tant que médecin j'ai immédiatement adhéré à ces paroles du Bouddha et été attiré irrésistiblement par cet enseignement.

Il constate que les êtres souffrent. Il a rencontré un vieillard, un malade, et vu un cadavre. Il a appris que cette souffrance est une marque de la condition humaine . Il pose un diagnostic : dukkha, souffrance, malaise.

Puis il recherche une étiologie (une cause) : le désir, la soif Il affirme la possibilité de la guérison : la cessation de dukkha et propose un remède : le Noble Sentier Octuple.


Lorsque j'ai entendu pour la première fois cet enseignement du Bouddha, j'y ai trouvé une réponse magistrale aux interrogations existentielles que je portai en moi de façon un peu confuse et plus ou moins bien formulées ( la vie est-elle absurde ? On vit puis on disparaît. Quel sens à la vie ? Quel sens puis-je donner à ma vie ? Qui suis-je ? Que puis-je faire etc...).

Cet enseignement m'est apparu comme une Voie royale pour affronter notre vie humaine.

Ce qui m'a aussi beaucoup plus, c'est le fait que le Bouddha nous invite à être responsable et libre. Il nous délivre cet enseignement comme une découverte qu'il a faite et ne prétend pas nous l'imposer comme une vérité absolue à prendre ou à laisser.

Ce ne sont pas des vérités dogmatiques à accepter comme une croyance, sans les examiner. Il fait appel à notre intelligence et nous invite à nous faire notre propre opinion, notre propre expérience.

Ces 4 Nobles Vérités, c'est l'observation de la réalité telle qu'elle est et un outil d'analyse de la réalité.


Dans le verset 276 du Dhammapada on trouve : « Vous devez travailler à votre propre libération, car le Tathagata montre seulement la Voie ».


Et encore, dans le Samadhiraja Soutra (Soutra du Mahayana-Ecole Madhyamaka): « Les Bouddhas n'effacent pas nos erreurs avec de l'eau, ils ne dissipent pas la souffrance des êtres de leurs mains, ni ne transfèrent leur propre connaissance à autrui. Ils libèrent en enseignant la vérité de la Réalité »


Ainsi, le Bouddha m'apparait non comme un dieu omnipotent et tout puissant mais comme un guide qui m'indique un chemin et dans lequel je puis prendre refuge avec confiance.

Brève Bibliographie, qui sera complétée au fur et à mesure

Walpola Rahula L’Enseignement du Bouddha


A. Bareau En suivant le Bouddhas


Texte d’Ajahn Sumedho en fr. http://dhammasukha.free.fr/biblio/4NoblesVerites.html


Texte des 4 N.V. dans les Samyutta Nikaya :

Dhammacakkappavattana sutta https://wikitaka.fandom.com/fr/wiki/SN_LVI,_11_-_Dhammacakkappavattana_sutta

34 vues