Rechercher
  • Joshin Sensei

Débarrassez-vous de tout!

Wanshi : « Mokusho Zen » : le zen de la méditation- illumination- silencieuse- et critique : passivité ! Mais en fait tout son texte Cultiver le champ vide le dit- dès le titre : il y a les deux : « cultiver »- actif- mais sachant que « le champ (est) Vide » !

Et ce sont des textes très joyeux : lâcher prise, dit-il en substance, débarrassez- vous de tout ce qui vous encombre : se débarrasser c’est actif, jusqu’à ce qu’on ait reconnu que tout ce qui nous encombre n’est que Vide ! Nous sommes toujours attaché par une « non-corde » !

Et ensuite... » Un samadhi en tout moment et en toute activité... comme : « « batifoler » dans le samadhi !! La joie d’être « soi » et le jeu..- Wanshi : le Vieux Bouddha »– qui nous apprend à vivre dans la poussière du monde avec notre « esprit-lune et corps de nuages » tout en vivant la joie du samadhi !

Deux textes : La méditation des Nâgas et Etudier la merveille ;

Nâgas : durant la méditation du Bouddha sous l’Arbre de l’Eveil, un orage violent fit monter les eaux de la rivière proche. Le roi serpent à sept têtes Muchalinda, surgissant d'entre les racines de l'arbre sous lequel Bouddha méditait, s'enroula en sept anneaux et déploya le capuchon de ses sept têtes pour protéger le seigneur Bouddha jusqu'à ce que les flots se retirent. Le Bouddha obtint ainsi la dévotion du nāga et les eaux sur lequel il régnait. Beaucoup de représentations du Bouddha assis sur le Nāga dans l’art Khmer notamment

La méditation des Nâgas- un samadhi en tout moment et dans toute activité-

Avoir un corps et un esprit froid et flétri nettoie et aiguise le champ du vide sans limite. Les poussières sont agitées puis distillées, laissant chaque royaume vide et brillant. La lune dans l'eau reflète la lumière dans le ciel éclairci. Les nuages enlacent la montagne aux couleurs d'automne. Qu’elles soient d’un noir d'encre ou d’un vert luxuriant, les profondeurs ouvrent leur esprit vaste.

La racine originelle toujours illuminée n'est pas entravée par les branches et les feuilles. Ceci est le temps et l'endroit pour sauter au-delà des dix-mille étranglements émotionnels d’innombrables kalpas. La contemplation des 10.000 années va finalement au-delà de tout ce qui est transitoire et vous en émergez avec spontanéité. Les nuages voyageant dans la vallée vide sont libres, qu'ils bougent ou qu'ils restent tranquilles. Entrez tranquillement dans chaque poussière des sens tout en restant constamment en samadhi. Ainsi nous a-t-on dit que les nâgas sont toujours en méditation, jamais séparés de cet état sublime.

Etudier la merveille

Dans la clarté, la merveille existe et son énergie spirituelle brille d'elle-même. On ne peut pas l'attraper et ainsi on ne peut pas dire qu’elle est ; on ne peut pas la faire disparaître, et ainsi on ne peut pas dire qu’elle n’est pas.

Au-delà de l'esprit qui délibère et qui discute, éloignez-vous de tout ce qui reste de vos images d'ombre. Se vider soi-même du sens de sa propre existence est merveille. Cette merveille est enveloppée d’un esprit qui peut être reproduit. L’esprit -lune avec son corps de nuages se révèle directement dans chaque direction sans avoir recours aux signes ou aux symboles.

De sa lumière qui se répand partout, il répond de façon appropriée aux êtres et pénètre la poussière des sens sans confusion. Dépassant toute obstruction, il brille à travers chaque dharma vide. Abandonnant tout conditionnement entre ceci et cela, entrez librement avec une sagesse claire et ébattez-vous et jouez dans le samadhi.

Wanshi ( de son nom chinois Hongzhi)




38 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Grâce